bridge, road, highway-4285310.jpg

Zone à faibles émissions, c’est parti !

Un enjeu de santé publique majeur
La pollution atmosphérique est responsable chaque année de
centaines de décès à Strasbourg et dans l’Eurométropole. Le trafic
routier, première cause de la pollution de l’air, est directement
responsable de plus de 80% des émissions d’oxydes d’azote, particulièrement
dangereuses pour notre santé. La pollution de l’air
touche davantage les quartiers riverains d’axes routiers dont les
populations sont les plus fragiles et les moins aisées. Alors que
ces ménages polluent moins, ils sont les premiers à en subir les
conséquences. La mise en place de zones à faibles émissions
(ZFE) a pour mission de corriger cette inéquité et mieux protéger
ces populations des risques d’une qualité de l’air dégradée.
Une obligation légale, une nécessité sanitaire et environnementale
En France, la mise en place de ZFE est obligatoire dans 11 métropoles,
dont l’Eurométropole de Strasbourg. Conformément à la
loi, la première étape commencera au 1er janvier 2022.
Nous, élu·es écologistes et citoyen·nes, prenons à bras le corps cet
enjeu de santé publique majeur avec un souci d’équité territoriale
et de justice sociale.

Un processus progressif, pédagogique et concerté
L’impact que ces changements auront sur le quotidien des habitant
·es est important, c’est la raison pour laquelle une concertation
est essentielle. Toutes nos équipes vous donnent la parole
pour débattre ensemble autour des enjeux de santé publique liés
à la pollution de l’air, répondre aux questions de tou·tes les habitant
·es de l’Eurométropole de Strasbourg, et trouver ensemble
les solutions de mobilité adaptées. La conférence citoyenne qui
a commencé le 10 mai continue jusqu’au 24 juin, n’hésitez pas
à faire entendre votre voix !
Le calendrier de déploiement de la ZFE proposé est progressif,
pédagogique et adapté, gage d’efficacité, de lisibilité et de cohérence.

Des mesures d’accompagnement
Pour gagner en souplesse, les interdictions de circulation des véhicules
en fonction de leur vignette Crit’Air se feront de manière
progressive, avec une phase de sensibilisation et de pédagogie
avant l’interdiction complète de circuler.
Afin d’aider chacun·e dans cette transition, un accompagnement
vers les mobilités alternatives, des aides financières massives
ainsi que des dérogations seront proposés.

Les 43 élu.es du groupe Eurométropole Écologiste et
Citoyenne, co-présidé par Carole Ziélinski et Gérard Schann

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *