Jonathan HERRY

herry

Jonathan HERRY

Conseiller municipal délégué en charge du développement du bilinguisme, des cultures régionales et rhénanes

Conseiller eurométropolitain

Élu référent du quartier Neuhof-Sud

eguisheim, alsace, historic center

Jonathan en quelques mots

● Professeur d’Histoire-Géographie en lycée

● Président d’Alternative Alsacienne- ‘s Linke Elsàss

● Ancien responsable local de Coexister Strasbourg

● A été engagé au conseil de quartier du Neuhof et dans le média citoyen Planète Neuhof

Pourquoi s'est-il engagÉ ?

Jonathan veut donner à Strasbourg la possibilité de jouer enfin un rôle clé en matière d’écologie sur le territoire alsacien et dans l’ensemble du territoire du Rhin supérieur. Affirmer la vocation humaniste de notre ville en étant solidaire et inclusif envers les plus démunis et les migrants. Et refaire de la capitale européenne un espace bilingue qui favorise le lien social entre les habitants de Strasbourg.

strasbourg, france, capital de noel

L'interview décalée

Ton parcours en quelques mots ?

Strasbourgeois depuis ma naissance, après des études en hôtellerie-restauration je me suis tourné vers ma passion, l’histoire en réalisant mes études à la faculté des sciences historiques de Strasbourg. Actuellement professeur d’histoire-géographie dans un lycée de Strasbourg, je me suis également engagé dans mon quartier d’enfance, le Neuhof d’abord au sein du conseil de quartier puis à Planète Neuhof, un média qui a pour objectif de donner une vision positive du Neuhof. J’ai aussi eu l’honneur d’être responsable de Coexister Strasbourg, association interconvictionnelle qui rassemble des croyants de toutes les religions et non croyants. Parallèlement à ces engagements,  convaincu par la nécessité de prendre les décisions au plus proche des citoyens et de défendre la diversité de nos territoires en France, j’ai fondé, avec des camarades, un mouvement régionaliste progressiste désormais nommé Alternative Alsacienne-‘s Linke Elsàss. En effet, toutes les questions liées à la diversité ont toujours été importantes pour moi. En Alsace, nous avons justement cette chance d’avoir ses spécificités que ce soit le droit local, notre langue régionale et le concordat, liées à cette double culture franco-allemande qui fait la force justement d’une France riche de sa diversité.

Ta vision du bilinguisme ?

Le bilinguisme est à la fois un héritage lié à notre histoire strasbourgeoise et alsacienne franco-allemande, et une opportunité pour Strasbourg d’assumer sa vocation transfrontalière et donc européenne. Ce n’est pas par hasard que les institutions européennes siègent dans notre ville.  C’est aussi une opportunité majeure pour les strasbourgeois·es qui vivent au quotidien le caractère transfrontalier et pour les jeunes qui auront ainsi accès au marché du travail dans tous les pays germanophones. Enfin, c’est une porte d’entrée vers le plurilinguisme et l’ouverture à l’altérité.  N’oublions pas que défendre le bilinguisme est l’occasion de dépasser les frontières autant mentales que physiques, et les nationalismes qui ont fait beaucoup de mal à notre territoire.

Un lieu préféré à Strasbourg ?

Strasbourg ! Plus sérieusement choix très compliqué mais je suis un peu chauvin donc je vais répondre le vieux Neuhof, quartier parfois méconnu par les strasbourgeois·es qui a pourtant un  patrimoine naturel et culturel à mettre en avant. Si je devais en citer qu’un, je dirais la cité-jardin du Stockfeld, inscrite aux monuments historiques, qui relie à la fois les avantages de la ville et de la campagne avec une vraie vision qu’on pourrait qualifier d’avant-gardiste à l’époque pour l’habitat social et la place de la nature en ville.

Plutôt Tarte flambée ou Flammenküche ?

Les deux ! Je l’aime autant en français qu’en dialecte ! Mais en réalité ma cuisine préférée est épicée et pimentée. A Strasbourg, nous avons la chance d’avoir une cuisine du monde très développée en plus de nos traditionnels Winstub et Bierstub. Bref, la ville que j’aime est résolument franco-allemande, européenne et multiculturelle !

Une passion à partager ?

J’ai déjà cité l’histoire. La cuisine bien sûr ! j’adore cuisiner des plats issus du monde entier.

Un mot pour les Strasbourgeois·es ?

Jehtz geht’s los ! Maintenant on y va pour répondre à l’urgence climatique, aux problématiques sociales de notre territoire. Mais aussi permettre aux strasbourgeois·es de tous les quartiers de s’exprimer et co-constuire le Strasbourg de demain avec nos voisin·es allemand·es avec lesquels on partage un même espace.

Ton livre / ta musique du moment ?

Respect et responsabilité pour la vie d’Albert Schweitzer. Auteur qui a non seulement été précurseur pour l’écologie mais est aussi à l’image de l’Alsace. Théologien et parfaitement bilingue nourri de sa double culture franco-allemande qui a changé 4 fois de nationalités, il est un vrai modèle d’humanité.

La bloosmusik bien sûr !  Avec le souhait qu’on fasse redécouvrir à l’ensemble des strasbourgeois et strasbourgeoises ce genre musical qu’on retrouve dans l’ensemble de l’Europe germanophone.